Downton Abbey

C’est enfin le weekend, et chez moi samedi soir rime avec deux épisodes de ma série du moment, blottie sous ma couette et sirotant un bon vieux chocolat chaud. Parmi les séries découvertes ces derniers temps, j’ai eu envie de vous parler de Downton Abbey qui m’a fait redécouvrir les joies de l’ascenseur émotionnel. A vrai dire, ça faisait un bon moment que je n’avais pas découvert de nouvelle série aussi bien écrite et Downton Abbey m’a clouée à mon siège dès la première saison, avec des personnages hauts en couleur et très bien joués.

Dans les années 1910, les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une situation délicate : le domaine est soumis à l’entail, c’est-à-dire qu’il doit intégralement passer à un héritier mâle, le titre de Comte de Grantham, le domaine et la fortune de la famille étant indissociables. Les trois filles ne peuvent prétendre ni au titre ni à l’héritage. Matthew Crawley, un lointain cousin, est le nouvel héritier. Il arrive à Downton Abbey où il découvre un style de vie nouveau pour lui, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs. (wikipédia)

Pour ce qui est de l’histoire développée tout au long des saisons, je trouve que les choses deviennent réellement intéressantes à partir de la deuxième saison, avec la Première Guerre Mondiale, car on peut voir les bouleversements qu’elle a provoqués à l’arrière, dans les familles et les villages, mais aussi au sein des consciences et des classes sociales. Le background historique est brillamment respecté et mis en valeur, que ce soit au travers des costumes, des décors comme des mœurs qui évoluent. La question des mœurs et valeurs, justement, est très intéressante à aborder à la lumière de certains personnages clés, tels que la Comtesse douairière (qui est littéralement mon personnage favori), incarnée par Maggie Smith qui représente les valeurs de l’aristocratie et s’offusque devant pas mal de choses et apporte une touche de piment dont on ne se passerait pour rien au monde. On a aussi Lady Edith, jouée par Laura Carmichael, qui se mue en femme moderne au fil des saisons, et que je trouve passionnante, entre ses histoires d’amour désastreuses et sa capacité à encaisser tout ce qui peut lui arriver.

Quant au reste de la famille Crawley, chacun a ses petits défauts qu’on apprend à apprécier au fil des épisodes, tout comme ses qualités qu’on adore dès les premières secondes. Ma seule déception est pour le personnage de Lady Mary, qui aurait pu, selon moi, évoluer un tout petit peu plus vers la douceur et un peu moins vers l’orgueil, ce qui a fini par la rendre plutôt détestable sur la fin alors qu’on s’attendait à qu’elle fasse en quelques sortes pénitence de ses coups bas envers sa sœur, notamment.

Mais ce que j’ai le plus adoré dans la série, c’est le rapport entre la famille Crawley et ses domestiques, tous attachants (oui, oui, même Barrow). Le fait qu’on suive la vie d’en haut (celle des Crawley) et d’en bas (celle des domestiques) apporte un très bon dynamisme dans les épisodes, sans compter qu’ils apportent tous leur grain de sel aux évènements : tandis que Carson, le majordome, reflète à merveille les valeurs de la famille, les cuisinières apportent, elles, un point de vue plus malicieux sur ce qui se passe à Downton Abbey.

Je n’en dirai pas plus, même s’il a de quoi en parler pendant des pages, de peur de vous spoiler la série, mais je vous invite grandement à aller visionner cette perle rondement menée. Bon, je vous préviens, prévoyez des mouchoirs, vous en aurez bien besoin !

31.gif

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s